Carine Bécard.

Alain Juppé est arrivé hier en Tunisie, reçu comme un chef d'Etat ou presque ! Et bizarrement, on en entend assez peu parler...

Oui ! Et il s'est passé à peu près la même chose au début de la semaine dernière, sauf que c'était à Bruxelles... Alain Juppé a été reçu par - absolument - tout le monde : Jean-Claude Juncker, Donald Tusk, Joseph Daul... Bref, par tous ceux qui comptent au sein de l'Union Européenne... Aujourd'hui, ce sont donc le Président et le Premier ministre tunisiens qui - successivement - acceptent de s'entretenir avec notre ancien ministre des affaires étrangères. Sans oublier, au début du mois, la visite de 3 jours d'Alain Juppé - toujours ! - , cette fois en Algérie... même traitement de faveur, puisqu'il a notamment décroché un tête-à-tête avec le très fatigué - voire le très invisible - chef d'Etat algérien, Abdelaziz Bouteflika. Autrement dit : si le candidat à la primaire de la droite cherchait à sérieusement distancer ses adversaires, c'est plutôt réussi, d'autant que ce n'est pas fini... Avant l'été, Alain Juppé espère être allé encore, à Berlin, à Londres mais également au Maroc...

En fait, il profite surtout de son statut d'ancien chef de la diplomatie française...

Pas seulement ! Certes, c'est lui "l'initiateur" de ces déplacements et c'est lui, qui demande à être reçu par "toutes les huiles" d'un pays, mais le fait qu'il le soit, montre que les gouvernants étrangers prennent sa candidature au sérieux... qu'ils le voient d'ores et déjà comme un possible président... C'est important, parce qu'à une élection présidentielle, les électeurs votent pour un président évidemment ! Donc il faut apparaître comme tel... Voilà ce qu'est en train de réussir à démontrer Alain Juppé : qu'il a parfaitement la tête de l'emploi... Vis-à-vis de Nicolas Sarkozy qui lui, est un ancien chef de l'Etat, c'est forcément capital...

Et puis, ce n'est pas tout ! Ce n'est pas l'ancien Chef de la diplomatie française - seul - qui a choisi de privilégier les pays d'Afrique du Nord... Non, c'est bien sûr - aussi - le candidat qui n'oublie pas tous les binationaux en France... Non seulement, ils pourront venir voter à la primaire mais en plus, il y a de fortes chances pour qu'ils ne soient pas tentés d'élire son concurrent - celui qui a prononcé le discours de Grenoble... ' ni celui d'ailleurs, qu'Alain Juppé pourrait avoir à affronter au 1er tour de l'élection présidentielle... François Hollande, qui n'a cessé de décevoir cet électorat en manquant d'un peu de solidarité dans la crise des migrants, ou encore et surtout après le vénéneux débat sur la déchéance de nationalité. En un mot, de la part de cet ancien Chiraquien, c'est extrêmement bien joué !

Le seul problème pour Alain Juppé, c'est que les médias ne parlent pratiquement pas de ces déplacements...

C'est vrai... ou très peu... Ils sont, en somme, à l'image de la campagne d'Alain Juppé... c'est à dire cohérents, réfléchis, surtout pas exubérants... et en même temps, sans souffle, du moins pour l'instant. La peur d'en faire trop sans doute, quand on est installé si haut - depuis si longtemps - dans toutes les enquêtes d'opinion...

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.