E.Macron déclare que l’urgence énergétique est sa 1èrepriorité.

Et l’on va voir le président, qui se dit lui-même en transition, devenir plus écologiste, dans les mots au moins... Beaucoup d’électeurs macronistes de gauche de 2017, déçus, ont voté pour les listes Jadot et Glucksmann. Pour leur dire qu’il ne les oublie pas Emmanuel Macron montre enfin que sa jambe gauche se désengourdit, et qu’elle est verte ! Voilà un contenu lisible pour le progressisme tant clamé, jamais constaté. Les évènements l’y aident. La jeunesse se mobilise pour l’écologie... L’avenir du macronisme sera donc un ‘En même temps’ centre-droit/écologie. Un oxymore ou un nouveau cercle de la raison, diront les oppositions. Après avoir pompé la droite modérée, le 2ème temps du quinquennat va préparer le 2èmetour de 2022. 

Déjà ?!

Raisonnons un instant comme le fait n’importe quel président devant les résultats d’une élection générale. Il se dit : que donneraient ces scores s’ils étaient ceux du 1er tour de la présidentielle ? Et là, il se rassure. Face à Marine Le Pen, et avec une FI à ce point affaiblie, la réserve sur sa gauche promet un 2nd tour largement victorieux. Son côté la gauche s’écologise à vue d’œil. Lui-même va donc maintenant s’atteler à s’écologiser. Peut-être aussi par prise de conscience de l’urgence climatique ! Il ne faut jamais négliger la possibilité de la sincérité, surtout quand celle-ci est compatible avec une bonne stratégie électorale. D’autant plus qu’un surcroit d’écologie ne devrait pas faire fuir, à l’autre bout du macronisme, les électeurs de droite. Le but politique original du ‘EnMarchisme’ se dessine donc : une écologie de centre-droit, une société dite de l’émancipation et de la responsabilité environnementale. Ça reste théorique, de l’ordre de la construction politique... mais ça se tient et en plus ça offre le message universel dont a besoin la France pour son aura internationale. Mais attention, l’écologie tout le monde est d’accord globalement, la mise en œuvre concrète est plus délicate. Confère la taxation carbone. De même, par exemple, tout le monde veut un grand plan de rénovation thermique des bâtiments, qu’en sera-t-il quand il faudra déprécier le prix de vente de sa maison si elle n’est pas isolée selon les bons critères ? En attendant, une configuration écolo-centre-droit a de bonnes chances d’être aussi l’articulation de la prochaine majorité à Berlin. Nonobstant une hasardeuse renaissance rapide de la droite de gouvernement, la seule force politique qui peut prétendre contrecarrer ce projet tout tracé serait l’émergence d’une offre écologiste unique et fédératrice de gauche. Ce n’est pas ce qui se profile puisque Yannick Jadot refuse, pour l’instant, de prendre la responsabilité de refonder la gauche. Il se voit plutôt en pôle d’attraction unique, comme JL. Mélenchon cru l’être au lendemain de de 2017. Les dernières années politiques nous ont appris à ne rien prévoir. En tout état de cause, le macronisme s’affirme donc d’une écologie dite responsable. Bonne nouvelle pour la qualité de notre vie démocratique et nos débats politiques qui vont, espérons-le se dépersonnaliser : la majorité a enfin cap. Crédible ou non ? Ce sera à chacun d’en juger dans 2 ans ½.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.