C’est sidérant à quel point nous avons une capacité à inventer des débats absurdes. S’il s’agit de reprocher aux français d’origine algérienne de soutenir l’Algérie, de mettre dans le football (un jeu de ballon, rappelons-le) une valeur patriotique telle que ce serait trahir son pays, au point de se voir retirer sa co-nationalité… alors il ne faut pas s’arrêter là. Les corses de Paris doivent perdre leur droit de vote pour les municipales dans la capitale s’ils soutiennent Ajaccio ou Bastia, plutôt que le PSG. Il faut exiger des bretons qui vivent à Marseille de vibrer pour l’OM plus que pour Renne, afin de prouver qu’ils sont vraiment intégrés. Manuel Valls doit démissionner puisqu’il a dit publiquement qu’il soutienait le Barça et pas une équipe française !

Les français d’origine algérienne (enfin ceux qui aiment le foot) attendaient cette qualification depuis des décennies. Alors bien sur ce sont les débordements qui posent problèmes. Ils sont à mettre sur le compte de la débilité classique des meutes de certains supporters de foot. Est-ce qu’être un supporter abruti et parfois agressif doit conduire à une déchéance de nationalité ? Si oui, alors il y a aurait beaucoup de jeunes militants du FN, adeptes des tribunes de Boulogne du Parc des princes qui seraient aujourd’hui apatride…

Le drapeau Algérien semble gêner bien au-delà du FN.

Oui, souvenez-vous, lors du match amical France-Algérie en 2001 : les incidents, l’envahissement de la pelouse et la marseillaise sifflée. Il y un une défiance, un ressentiment vécu par une partie de la jeune population dont les parents ou les grands parents sont venus d’Algérie. Ne revenons pas sur tout ce débat rabâché, sur la panne de l’intégration à la française, sur la discrimination et l’exclusion sociale, sur la dramatique ghettoïsation mais aussi sur la victimisation à outrance, sur une certaine forme de racisme qui se développe dans les deux sens et sur le repli identitaire qui prend diverses formes, dont un nationalisme sportif outrancier.

La toute petite frange de supporters beuglant et agressifs d’un côté et, de l’autre, le cynisme, la xénophobie de Marine Le Pen, qui a su trouver de quoi faire oublier sa mauvaise passe européenne et les débordements de son père, créent cette polémique imbécile. Ce qui est problématique c’est de voir qu’un journal comme le Point ait pu, quelques heures avant de se rendre compte de sa faute, mettre cette question de la fin de la double nationalité sur son site Internet en appelant ses lecteurs à se prononcer. 81% de OUI … Une question ouverte à tous les vents de la manipulation des groupes identitaires qui, depuis quelques mois, s’organisent pour envahir les forums des grands médias.

On en viendrait presque à souhaiter que l’Allemagne et le Nigeria battent l’Algérie et la France en 8ème de finale de peur de voir en suite un match France-Algérie qui aboutirait à l’occupation du débat public par ce qui se fait de plus bas de plafond en ce moment : le nationalisme mal placé, le chauvinisme : celui de certains supporters de foot et celui, constitutif, de toute l’extrême droite…

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.