La photo officielle du président, elle a été rendue publique hier. Elle est pleine de symboles

Oui, Emmanuel Macron visiblement s’est un peu amusé à nous faire passer quelques messages. C’est, très 1er degrés. 2 Smartphones négligemment posés là ! (Nous sommes le pays des Start up)… la photo n’est pas prise dans une ferme du Poitou, malgré le coq et la Pendule… Le petit coq en cuivre du plumier se reflète dans l’écran de l’un des téléphones (puisqu’on vous dit qu’on est la nation des startups). Un livre ouvert dont on nous fait savoir qu’il s’agit des mémoires de guerre de Gaulle, le fondateur de la Vème République, dans laquelle, Emmanuel Macron se sent décidément bien à l’aise. A l’aise, il l’est, négligemment appuyé contre un bureau Empire… Cool et solennel à la fois ! L’horloge, sur la droite vient de la salle du conseil des ministres, là où se décide le rythme des réformes : grand ordonnateur du temps, il ne se laissera pas dicter son pas par les polémiques quotidiennes. La fenêtre est ouverte sur le ciel, tiens ! Ouverte… Comme La France macronniene, ça tombe bien ! Et enfin les 2 drapeaux de rigueur.

Tous les présidents ont fait passer des messages par leurs portraits officiels…

Le Général de Gaulle et Georges Pompidou, étaient en habit d’apparat, portant le lourd collier du grand maitre de l’ordre national de la légion d’honneur. Le général, fait la tête, il n’est pas là pour rigoler, le pays est alors au bord de la guerre civile. Il est dans la bibliothèque de l’Elysée, droit comme un ‘i’, il regarde au loin. Les présidents ne regardent l’objectif, donc les français, que depuis Giscard. Les portraits de de Gaulle et Pompidou, très solennels, signifiants la hauteur de vue, la neutralité et la distance, sont plus près de l’art statuaire ou de la nature morte que du seflie. Pompidou aimait l’art moderne… ça ne se voit pas sur son portrait ! Et puis vient Giscard qui révolutionne le genre. Fini l’apparat, il est en costume. La photo est d’une simplicité narcissique stupéfiante. Gros plan de son visage, légèrement décadré, sur fond du drapeau Français. Un tout petit peu de bleu et de rouge beaucoup du blanc monarchique pour un message, involontaire celui-là. Mitterrand revient dans la bibliothèque, classique, comme pour dire « Ok, finalement j’accepte la Vème République » un livre ouvert à la main, comme si la photo était prise sur le vif. Chirac sort dans le jardin, derrière lui l’Elysée. Il est raide comme un piqué… photo de propriétaire qui ne dit pas grand-chose. Et nous voilà de retour dans la bibliothèque qui présidentialise avec Nicolas Sarkozy, écrasé par 2 grand drapeaux français et européens. Hollande ressort… dans le jardin, au fond les drapeaux sont bizarrement tendus contre un mur. Ils ont l’air de sécher ! Une prémonition des averses de son quinquennat sans doute ! Mais Grande nouveauté, il se fait photographier en mouvement. Volonté de dynamisme après tant d’année d’impuissance : il est En Marche, déjà ! Et donc aujourd’hui, Emmanuel Macron et ses détails-symboles vous aurez le temps de les scruter la prochaine fois que vous attendrez des heures dans un commissariat surpeuplé et sous équipé…

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.