Quelques réflexions ce matin autour de la souffrance au travail, après les suicides à France Télécom, mais aussi chez PSA et Thalès, la semaine dernière… J'ai mal au travail... Cette expression commence enfin à bruisser dans la sphère politique et économique... Il aura fallu 24 suicides à France Télécom en 18 mois , la mort qu'on se donne aussi à PSA ou chez Thalès ... des vies fragilisées peut-être par des facteurs personnels mais aussi par le ryhtme de travail, le changement brutal de culture de leur entreprise, la violence du stress, l'absence de diaologue , le toujours plus et le toujours mieux... il aura donc fallu la mort qui s'invite à la une des journaux pour commencer à lever la chappe de plomb. Il aura donc fallu que certains de ces salariés mettent en scène leur propre mort, pour nous rappeler que si la planète est balayée par le vent mauvais de la crise économique et environnementale, elle l'est aussi par celui d'une véritable crise psychique. Productivité maximale, rentabilité maximale, pression maximale. Auujord'hui, si les champs de bataille ont disparu, c'est bien sur son lieu de travail que se transposent désormais les combats les plus violents... Voici comment l'on aboutit à ce que le grand économiste John Kenneth Galbraith appelait le darwinisme social..: un système d'élimination sociale du plus fragile, qu'il s'agisse de l'entreprise, engloutie par plus grande qu'elle ou du salarié, décroché peu à peu par plus combatif que lui. Une mécanique d'une simplicité extreme qui s'accorde mal avec la nécessaire complexité humaine. Une mécanique binaire : ceux qui travaillent et ceux qui ne travaillent pas, les bons et les nuls, ceux qui se lèvent tot et ceux qui feignassent, nourris par un système tout aussi rustique : la punition et la récompense. Plus de chiffre d'affaire : récompensé. Moins de rentabilité : puni ! Punition-récompense, là ou il faudrait peut-être rechercher avant tout un principe victoire , oui mais ensemble : de l'entreprise et des salariés qui la composent....Une coexistence intelligente et active Mais quelques lumières s’allument, Françoise… Oui, à toute chose malheur est bon... Les syndicats et le patronat accélèrent pour faire appliquer, dans un délai maximum de 3 mois, les accords interprofessionnels sur le stress au travail signé il y a un an... Les politiques s'emparent eux aussi du sujet ... commission spéciale à l'assemblée lancée par les députés UMP et Nouveau Centre... Elle a débuté ses travaux la semaine dernière et devrait rendre son rapport à la mi décembre. A gauche aussi, on travaille. Ségolène Royal a consacré mercredi soir l'une de ses universités populaires participatives à ce thème. La rue de Solférino planche aussi sur ce sujet considéré, par l'opposition, comme l'un des thèmes majeurs de la prochaine échéance présidentielle. Nicolas sarkozy l'a bien compris... en s'emparant, à la rentrée du rapport remis par le prix nobel d'économie, Joseph Stiglitz... qui prône l'instauration d'un nouvel indicateur de croissance pour un pays... complétant PIB... l'indice de bien être Le chef de l'état s'est engagé à porter cette idée sur la scène internationale. Et si, pour une fois... droite et gauche pouvaient enfin coexister intelligemment pour que ces suicides en entreprise ne restent pas lettre morte ?

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.