Et si 2008 était l'année Fillon? Oui, forcément, dit comme ça, ça fait blague d'avant réveillon et cotillons, et vous n'y croyez pas une seconde..François Fillon a passé son année 2007 à s'estomper, s'effacer, se gommer pour ne laisser exister que la seule fonction à laquelle il croit, la fonction présidentielle et sarkozyenne, alors pourquoi en 2008, son tempérament rebelle s'affirmerait il tout à coup ? Et bien, un indice, ténu c'est vrai, mais sérieux, vient renforcer cette thèse... La lettre envoyée la semaine dernière aux responsables syndicaux et patronaux , lettre signée de sa main, dans laquelle il souhaite que la "définition du temps de travail soit intégrée dans la prochaine négociation interprofessionnelle" Et bien figurez vous que cette lettre est un formidable document de transparence et d'affirmation! Pour la première fois, la droite, l'ump, l'executif disent enfin clairement les choses: Haro sur les 35H! Et c'est François Fillon qui décide de leur porter le coup de grâce. Ah il en aura fallu du temps; qualifiées "d'expérimentation hasardeuse" par Jacques Chirac président de cohabitation lors de leur instauration, ces 35 heures Jospin/aubry étaient absolument tout ce que la droite déteste, partage du travail et société de loisir; les patrons souvent y trouvèrent leur compte en terme de flexibilité et de rigueur salariale, mais le discours était immuable "société de fainéants, perte de compétitivité des entreprises"... Mais longtemps, la droite eut peur de s'attaquer aux 35H, érigé en totem social ..La RTT était devenue un nom commun, le mercredi ou le vendredi libérés un mode de vie et d'organisation sociale.Pendant sa campagne en 2002, opposé à Lionel Jospin, JAcques Chirac promit de n'y point toucher, en 2007, nicolas Sarkozy confirma qu'il ne remettrait pas en cause la durée légale du travail; difficile en effet d'être le premier président à faire une marche arrière dans l'histoire sociale de son pays... Mais François Fillon lui, a toujours tempêté contre ses inutiles prudences; alors aujourd'hui, armé de son seul courage, il demande aux partenaires sociaux de réfléchir à la façon de faire sauter le verrou des 35 heures...que les travailleurs négocient entreprise par entreprise la durée de travail qui leur convient le mieux, avec quand même, quelques garde fous, 35H ce serait le minimum, 48 le maximum, fixé par l'union européenne, oui, au dessus, ça s'appelle de l'esclavagisme! Formidable....le contrat plutôt que la loi... la liberté en quelque sorte; une liberté réclamée depuis longtemps par le medef...Qui pose évidemment quelques petites questions, celle notamment des inégalités croissantes entre salariés, entre ceux qui sont bien représentés et défendus par des syndicats forts et ceux qui n'ont que pour interlocuteur leur hiérarchie...comme on choisit rarement un temps partiel, on choisira certainement rarement sa durée de travail... Bof, débat idéologique voire théologique s'agaçeront certains...pas tout à fait, car très concrètement, ce qui se joue dans cette durée légale du travail, c'est le seuil de déclenchement des heures supplémentaires...vous savez le travailler plus pour gagner plus..aujourd'hui, à la 36ème heure, c'est de l'heure supp; et 25% de majoration pour les salariés...et c'est ça qui pourrait être remis en cause...alors pour le "gagner plus", et bien il faudra peut être repasser.. En tout cas 2008, sera peut être l'année Fillon, l'homme qui fait renouer la droite avec ses valeurs, et certainement celle de la fin des 35H..Quelle est la plus grande avancée pour le pays? A chacun de juger..

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.