Le macronisme a-t-il encore une jambe gauche ? La question revient régulièrement…

Oui et elle évolue … On a vite compris que le président En Marche était à cloche pied, sur sa jambe droite. On se demande maintenant s’il ne s’est pas carrément auto-amputé de la jambe gauche. Le président ne ressemble pas au candidat d’avant juin 2017, date des législatives qui lui ont fourni la plus solide majorité de la Vème République ! Elu, Emmanuel Macron quitte la tête d’En Marche, et c’est Catherine Barbaroux qui est nommé, le 9 mai, présidente par intérim, avant que Christophe Castaner ne reprenne le flambeau. Vous ne connaissez pas Catherine Barbaroux, 70 ans, qui a décidé de ne pas prendre de responsabilité politique après la victoire. Mais il faut se remémorer son profil pour mesurer l’évolution du macronisme. Catherine Barbaroux, femme de centre gauche, ancienne collaboratrice du maire radical et écolo de La Rochelle Michel Crépeau, directrice des ressources humaines de grandes entreprises, désignée en 1999 par Martine Aubry déléguée générale à l'emploi, dirigeante d’associations d’insertion, proche de l’économie sociale et solidaire, grande spécialiste du micro-crédit… Ce profil à la confluence de l’entreprise et du monde associatif, toujours à la recherche de formes innovantes de solidarité, reflétait le macronisme de campagne. Une offre politique qui prétendait s’appuyer sur l’intelligence de la société, les corps intermédiaires, le terrain, avec pour but l’épanouissement de tous. Les Rocardiens, héritiers de la 2ème gauche, pouvaient penser que le macronisme allait non pas rénover la gauche mais la dépasser et produire de la créativité, de l’inventivité sociale.

ET ?

Eh bien non ! Rien que cette semaine, un couac gouvernemental entre 2 ministres de droite (de la sphère économique) sur la question de savoir s’il faut réduire l’aide sociale… un couac qui se termine en accord finalement pour dire « oui », il faut la réduire ; des renoncements environnementaux et un ministre de l’Intérieur qui bégaie du Pasqua ! Le macronisme à l’œuvre n’est cependant pas la caricature ultralibérale et autoritaire que la gauche de la gauche tente de lui coller mais ça n’est plus la modernité et l’innovation. La consolidation de l’égalité des chances par des droits réels efficaces qui remplaceraient des droits formels obsolètes, ce concept séduisant perd de sa substance. J’ai eu au téléphone hier Catherine Barbaroux, qui ne s’exprime pas en public. Elle dit poliment qu’elle comprend l’impératif budgétaire mais qu’elle aimerait que ses amis n’oublient pas l’urgence sociale. elle regrette le manque d’imagination, d’audace, d’ingénierie sociale... mais se rassure en considérant que tous les ingrédients sont encore là pour lutter contre ce que les macronistes appellent «l’assignation à résidence». Catherine Barbaroux s’accroche encore à cet espoir. Un autre scenario est évoqué... moins réjouissant pour les macronistes de gauche. Emmanuel Macron, arrivé à l’Elysée par effraction, se calerait (par une forme de pragmatisme désidéologisé) sur le barycentre politique actuel de la France et de l’Europe. Et celui-ci, c’est vrai,  est clairement à droite. 

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.