Marine Le Pen hier, lors du congrès du RN a revendiqué une victoire, idéologique si non politique.

Oui tout en  affirmant qu’il n’était pas question de revenir au temps du FN. 

Mais pour aller où ? 

Son discours d’hier ne le disait pas. On attend maintenant des candidats à la présidentielle qu’ils dessinent leur vision du monde postpandémie, une vision de l’économie, de l’écologie…

Le discours d’hier était théorique, évanescent, même sur ses thèmes fétiches  (sécurité et immigration) en dehors d’une proposition précise de référendum sur l’immigration (très FN pour le coup), la cheffe du RN s’est affirmée pour la Nation contre l’Europe, pour la sécurité contre l’insécurité, pour la transmission de l’histoire de France contre la repentance, pour la vérité sanitaire contre le mensonge. 

Marine le Pen semblait, sans soucis du concret, comme si le monde (climatique et sanitaire) était le même que celui de 2017, enfoncer des portes que son père avait ouvertes depuis tant d’années.  

Et cette affirmation de victoire idéologique ?

´_Nous avons –_dit Marine Le Pen- remporté une victoire idéologique totale, il nous faut maintenant remporter des victoires politiques’. Ou comment transformer l’échec des régionales en étape entre victoire idéologique et victoire politique. C’est l’analyse mitterrandienne des années 7190. Après avoir remporté haut la main les municipales de 77 mais raté de peu les législatives de 78… 

François Mitterrand avait dit que la gauche détenait la majorité culturelle, ou idéologique (le vent de l’histoire après 68) et qu’il ne restait plus qu’à obtenir la majorité politique nationale. Et ce fut 1981. Sauf que la preuve de la victoire culturelle de la gauche c’était sa lente et profonde implantation dans les collectivités locales, sa présence ultra dominante dans le monde culturel, universitaire, associatif et sur le terrain. Le RN est à 1000 lieues de cette situation. 

Mais ce qui fait dire à Marine Le Pen qu’elle gagne culturellement c’est que le reste de la classe politique semble reprendre ses idées. Sauf que c’est en reprenant ses mots que Nicolas Sarkozy a perdu la primaire de son propre camp en 2017. 

Vaste débat que celui de savoir si la société est maintenant lepénisée (en dépit de l’image que veut en donner toute une frange de polémistes). On confond gagner une bataille idéologique en profondeur et gagner la bataille du bruit médiatique. Le politiquement correct est maintenant autoritaire et sécuritaire. 

Mais la société ?

La différence entre victoire culturelle et victoire médiatique ne se voit pas à l’œil nu. Ainsi un RN recentré (même de façade) est plus fort qu’un FN extrémiste d’antan! Est-ce le signe d’une victoire culturelle ? Une manifestation monstre des anti-mariage-pour-tous, mais des lois (PMA comprise) et une pratique sociale, surtout, qui dit l’inverse. victoire culturelle ? 

Vraiment ? 15% des mariages en France sont ethniquement mixtes, un record en Europe.  Et si c’était plus une preuve d’intégration que d’invasion ! 

Une grande partie des politiques et décideurs médiatiques ne sont-ils pas en train de confondre, victoire culturelle et victoire médiatique, débat politique et polarisation ? L’une ou l’autre (qui ne sont pas de la même qualité démocratique) peuvent porter Marine le Pen à l’Elysée.

L'équipe