Chronique hommage. Hommage à une des plus grandes consciences de l’Allemagne de l’après guerre. Richard Von Weizsäcker, ancien président de la République fédérale d’Allemagne, est décédé samedi à 94 ans.

L’homme est entré dans l’histoire en prononçant une phrase. C’était le 8 mai 1985, au Bundestag, pour les quarante ans de la capitulation nazie. « Le 8 mai 1945 fut un jour de libération. Ils nous a tous libéré du système avilissant de la terreur nazie », avait proclamé Weizsäcker, président sans autre pouvoir que celui de la parole.

Le constat nous semble évident, il ne l’était pas à l’époque. On parlait de capitulation. Certains accusaient encore l’ancien chancelier Willy Brandt de désertion ou de traitrise pour avoir combattu l’Allemagne nazie.

Weizsäcker, homme de la parole, au fond libéra l’Allemagne de son passé.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.