"Nous ne voulons pas mourir pour Dantzig " : tel était l’adage des Français en 1939 qui ne voulurent pas défendre la ville polonaise menacée par Hitler. "Nous ne voulons pas mourir pour Kiev et l’Ukraine, mais nous allons devoir nous préparer à mourir pour l’Estonie ou la Roumanie " : c’est le sens de l’appel d’intellectuels polonais, dont le cinéaste Andrzej Wajda , publié dansLe Monde cet après-midi. Mourir pour les Pays Baltes, le sujet officiellement n’est pas à l’ordre du jour alors que Vladimir Poutine poursuit son invasion larvée de l’Ukraine. Obama a exclu une réponse militaire. En réalité, le sujet sera au cœur des débats du prochain sommet de l’Otan, qui se tient aux Pays de Galles, jeudi et vendredi...

Les invités
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.