Voilà une révolution apparente que vient de faire le pape jésuite venu d’Argentine. Mardi, Jorge Bergoglio a autorisé les prêtres à, je cite, « absoudre le pêché d’avortement tous ceux qui l’ont provoqué et qui, le cœur repenti, en demandent pardon ». Voilà l’avortement pardonné. Mais ne vous y trompez pas : pour être pardonné, il faut un sincère repentir. L’Eglise n’autorise nullement l’interruption volontaire de grossesse, elle ne le fera pas, mais suivant la Parole du Christ, le Pape accueille le pêcheur.

Les invités
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.