Un modèle qui s'essoufle ?

La réelection d'Abdelaziz Bouteflika pour un quatrième mandat tombe en plein dans une chute des cours pétroliers.

L'Algérie est de plus en plus inquiète écrit Charlotte Bozonnet dans Le Monde du 5 Juin; l'impasse économique dans laquelle se trouve aujourd'hui l'Algérie vient couronner un système politique et social particulièrement affaibli.

La manne pétrolière s’est envolée dans les année 2000. Les Algériens ont engrangé au total 750 milliards de dollars. Noyés sous le pétrole, ils n’ont pas investi dans leur appareil productif. Résultat, les Algériens achètent tout à l’étranger. Les importations ont été multipliées par cinq pays importe tout, ne produit rien.

C’est la catastrophe annoncée Les recettes d’exportations ont chuté de plus de 40% entre janvier et avril dernier. Prévoyants, les Algériens avaient constitué une cagnotte. Mais elle fond comme neige au soleil. Fin 2014, elle s’élevait à 44 milliards de dolars. En un an, elle a été ponctionnée de 29 milliards. A ce rythme, nous prévient Charlotte Bozonnet, la cagnotte sera vide.

Résultat, c’est la panique. Pour réduire les importations, le gouvernement a décidé de faire des crédits à la consommation locale, d’instaurer des licneces d’imporrtations, ou de réduire des travaux publics

Le cours du pétrole comme révélateur des faiblesses d'un pays ...?

Les invités
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.