L’affaire s’est passée dans la nuit. Les honnêtes gens dormaient. Les comploteurs complotaient. Et la nouvelle est tombée, trop tard pour que l’on puisse réagir ou s’insurger. La BCE a commis un coup d’Etat financier, nous explique Edwy Plenel sur twitter. Bigre, Mario Draghi, président de l’institution de Francfort a décidé de couper les vivres aux banques grecques, dont les actions ont décroché dans la matinée. Les dirigeants grecs étaient ressortis tout guillerets de leurs entretiens avec les banquiers de Francfort, et voilà qu’ils sont victimes d’un coup de poignard dans le dos. Mario Draghi a de la graine de dictateur.

Les invités
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.