Marx devrait se retourner dans sa tombe. Le sourire figé de Mao, qui trône encore à l’entrée de la Cité interdite, devrait se crisper s’ils voyaient qui pénètre dans la Palais du peuple à Pékin sur la place Tiananmen.

Chaque année, cette grand-messe réunit les 3000 représentants du parti unique, le parti communiste chinois. Mais voilà que parmi ces heureux élus se pressent l’élite des milliardaires chinois pour écouter le premier ministre Li Kekiang annoncer une croissance économique de 7% pour 2015.

Les invités

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.