Ils ont été battus à mort mardi par une foule musulmane enragée, qui a ensuite brûlé leurs corps dans le four en brique sur lequel ils travaillaient. Leur crime ? Avoir profané le Coran. La scène se passe au Pakistan, où vivent trois millions de chrétiens sur 180 millions d’habitants. Pays où le blasphème, qui regroupe les insultes à l’Islam, est passible de la peine de mort. L’accusation de blasphème nous raconte l’AFP,, est souvent instrumentalisée au Pakistan contre des minorités, ou pour gérer des conflits personnels, car elle déclenche des colères populaires.Il y a dix-huit mois, deux cent maisons chrétiennes et deux Églises avaient été incendiées, au Pakistan, après une accusation de blasphème lancé contre un homme qui fut condamné à mort...

Les invités
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.