Anthony Bellanger nous emmène ce soir aux États-Unis, où le New York Times a publie ce matin une enquête particulièrement inquiétante sur les morts par overdose.

Une seringue usagée abandonnée dans un parc à Lawrence, Texas
Une seringue usagée abandonnée dans un parc à Lawrence, Texas © Reuters / Brian Snyder

Une enquête particulièrement bien documentée – on comprend pourquoi – et qui est partout reprise depuis ce matin tant les chiffres qu'elle publie sont terrifiants : il y a eu en 2016 62 500 Américains morts d'overdose d'opiacés de synthèse, ou opioïdes.

Ce n'est pas le chiffre en soi qui est inquiétant, même s'il reste énorme. Les États-Unis sont cinq fois plus peuplés que la France. Ce qui est inquiétant, c'est l'augmentation d'une année sur l'autre de ces overdoses : entre + 10% et + 25% entre 2015 et 2016. C'est la plus forte augmentation jamais constatée aux États-Unis.

En deux ans – c'est à dire de 2014 à 2016, le nombre de mort a doublé, passant donc de 33 000 à 62 500. Et cette tendance ne semble pas faiblir en 2017.

Certains comtés particulièrement touchés – un comté (l'équivalent en France des cantons) ont déjà dépassé en 2017 le nombre de victimes constatées sur l'ensemble des États où ils sont situés. C'est le cas de l'Ohio ou de la Pennsylvanie. Un chiffre peut-être encore plus frappant, donné par la presse et les milieux médicaux américains : au pic de l'épidémie de Sida au Canada, en 1995, 1764 personnes sont décédés. L'année dernière 2 000 Canadiens sont morts d'overdose...

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.