Bachar El Assad va-t-il redevenir notre ami ? Nous l’avions croisé, en décembre 2010, déambulant à Paris, rue du Faubourg Saint-Honoré. Faussement décontracté, suivi d’une vingtaine de gardes du corps , il se rendait de l’hôtel Bristol à l'Élysée. Bachar El Assad a laissé l’une des images les plus encombrantes du quinquennat, celle d’un déjeuner convivial avec le président de l'époque, Nicolas Sarkozy, et Carla Bruni à l'Élysée.

Quatre ans après, les révolution arabes sont passée par là, Bachar El Assad a massacré son peuplé, gazé des enfants, mais nous avons soudain besoin de lui. Pas pour l’inviter de nouveau à déjeuner à l’Elysée, mais pour contrer le prétendu État islamique qui égorge chaque semaine un otage occidental, s’étend de l’Irak à la Syrie et menace de faire tomber la ville kurde Kobané...

Les liens

Le Monde

Les invités
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.