Souvenirs. C’était le bon vieux temps, celui où la France pouvait être arrogante. C’était en janvier 2000 : le chancelier autrichien Wolfgang Schüssel fricotait avec l’extrême-droite de Jörg Haider au point de former un gouvernement avec elle. Ni une ni deux, Jacques Chirac et Lionel Jospin infligèrent des sanctions à l’Autriche et les Européens suivirent le mouvement. Sans que les traités le prévoient, voilà l’Autriche blamée et ostracisée. Officiellement, c’était Vienne qui était visée. En réalité, c'était l’Allemagne de Gerhard Schröder que l’on trouvait un peu trop casque à pointe.

Dur rappel aux réalités deux ans plus tard : Jean-Marie Le Pen est qualifié au second tour de l’élection présidentielle, Lionel Jospin éliminé. Affliction dans toute l’Europe de voir la France si mal en point.

Ces remarques pour vous dire que la France se croit à la pointe du combat contre l’extrême-droite. Elle aima pendant des années donner des leçons à l’Autriche, fustiger Berlusconi, qui était allié à Fini et à la ligue du nord. En réalité, aux yeux des autres, elle est le pays qui est le plus contaminé. Le score de Marine Le Pen hier le confirme. La France est le pays économiquement malade de l’Europe. Elle l’est aussi politiquement...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.