Pour reprendre l'expression de François Hollande, il faut avoir une relation « franche et efficace » avec Ankara. Franche et efficace, cela veut dire que les turcs doivent garder les marches de l'empire. Protéger l'Europe trop faible, incapable d'accueillir le flux des migrants venus de Syrie et d'ailleurs. Cela passe par des accords cyniques. On va payer, on va payer cher pour que les turcs gardent les réfugiés. 3 milliards d'euros cette année, 3 milliards d'euros les années suivantes. C'est beaucoup et peu. C'est en tout cas moins que les 15 milliards d'euros que reçoivent chaque année les polonais, qui eux refusent de prendre leur part du fardeau européen que sont les réfugiés...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.