Direction l'Algérie où la dernière campagne de vaccination tourne au fiasco...

En juillet 2016, le gouvernement algérien arrête la campagne de vaccination. Puis en décembre, il décide brutalement de la reprendre la vaccination en utilisant de vieux vaccins.
En juillet 2016, le gouvernement algérien arrête la campagne de vaccination. Puis en décembre, il décide brutalement de la reprendre la vaccination en utilisant de vieux vaccins. © AFP / FAYEZ NURELDINE

L'histoire est emblématique des rapports, de plus en plus méfiants, qu'entretiennent les Algériens avec un Etat failli. Il s'agit pourtant d'une simple campagne de vaccination contre la rubéole et la rougeole entamée en fin d'année dernière.

Des millions de doses de vaccins sont achetées en 2016 qui remplissent a priori les critères de l'OMS. Puis la campagne est lancée dans toutes les écoles du pays, jusqu'à ce que deux nourrissons décèdent d'un choc allergique dans une clinique de Rouïba.

On est en juillet 2016 et le gouvernement, devant l'émotion, arrête la campagne de vaccination. Puis tout dérape. Plutôt que d'expliquer, informer, le gouvernement décide brutalement de reprendre la vaccination en décembre en utilisant de vieux vaccins.

Résultat : cette campagne de vaccination qui reprenait hier dans toutes les écoles primaires et dans les collèges du pays a été un échec retentissant. A peine quatre élèves par classe, en moyenne, ont accepté de se faire injecter les doses vaccinales...

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.