Le président Macron ne peut pas faire grand-chose avant les législatives de juin. Alors nous, lui suggérons de montrer que l'Europe peut changer .

Emmanuel Macron entamant sa traversée du Louvre avant de rejoindre la scène sur fond d'hymne européen
Emmanuel Macron entamant sa traversée du Louvre avant de rejoindre la scène sur fond d'hymne européen © Reuters / POOL New

L'entre deux tour a été marqué par la mobilisation des salariés de Whirlpool contre les délocalisations et la mondialisation. Nous en sommes pas naïfs, il faut entendre le désarroi des ouvriers. Dans ce contexte, il faut s'attaquer politiquement à trois dossiers :

  • D'abord, la révision de la directive travailleurs détachés, où la fraude doit être sévèrement condamnée. Le dossier est sur la table. Il faut conclure. Ce ne sera pas facile. Le conseil des ministres décisifs aura lieu entre les deux tours des législatives. Compromis ou coup d'éclat, Macron devra choisir.
  • Deuxième sujet, la révision des droits antidumping. L'Europe est très timorée et exerce ses droits avec moins de vigueur que les Etats-Unis. Explication, elle ne veut pas pénaliser ses propres consommateurs en surtaxant les importations. Si pour une fois elle pouvait faire le choix des travailleurs, nous ne serions pas contre. Cela tombe bien, la réglementation modifiée doit être adoptée dès demain. Il ne reste plus qu'à l'appliquer et à Macron de faire croire qu'il en est à l'origine.
  • Troisième sujet, les réfugiés. Emmanuel Macron a pendant toute sa campagne salué la générosité de l'Allemagne. Il faut compléter l'affaire en organisant la répartition des réfugiés pour la prochaine crise et faire payer le cas échéant les Etats-membres qui ne prendraient pas leur part.

Délocalisation vers les pays de l'Est, menace chinoise, crise migratoire, autant de dossiers qui rendent l'atmosphère irrespirable en Europe....

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.