A l’heure ou Hollande, Merkel et le président ukrainien Porochenko rencontrent Vladimir Poutine à Minsk, la capitale de Biélorussie, il flotte un petit air de déjà vu en Europe. A force de trop céder, prépare –t-on la guerre ? « Ah les cons, s’ils savaient ». Tout le monde a en mémoire les paroles qu’aurait prononcées Daladier, après avoir signé les accords de Munich, le 29 septembre 1938. Le président du conseil et le premier ministre britannique Chamberlain avaient abandonné à Hitler une partie de la Tchécoslovaquie sous prétexte qu’elle comportait des minorités allemandes, les sudètes. Et pourtant, le président français fut accueilli par des vivats à l’aéroport du Bourget, tandis que le Figaro titrait « la paix est sauvée ». Un an plus tard, la deuxième guerre mondiale éclatait...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.