Vous entendez ce doux refrain depuis des mois : la baisse du pétrole, la baisse de l’euro, tout cela est merveilleux. La croissance revient. D’accord, mais tout doucement alors.

En réalité, la croissance patine fortement au niveau mondial. Elle ne cesse d’être revue à la baisse. Elle sera de 2,8% en 2015, annonce la banque mondiale, moins que les 3% prévus en janvier.

Explication:

Les grands émergents n’émergent plus.

Et l'Europe ? Protégée ?

Normalement, l’Europe devrait repartir doucement. Très doucement : 1,5% seulement en 2015. Surtout, il y a danger. L’argent gratuit, c’est fini. Les taux d’intérêts à dix ans en Allemagne sont remontés au dessus de 1%. En France, ils sont à 1,3%. Le niveau reste très faible : il y a deux ans ont était deux fois plus haut. Mais la tendance est à la remontée : c’est quatre fois plus qu’il y a trois mois.

Explication, le retour de l’inflation, alimentée par la baisse de l’euro et la timide reprise. Elle reste très faible, à 0,3% dans la zone euro. Mais soudain vous n’entendez plus les archéokeynésiens invoquer le spectre d’une déflation qui n’a pas existé en Europe.

Tout est sans contrôle, tant que la Grèce ne fait pas faillite. Son défaut pourrait de nouveau accentuer la défiance envers toute la zone euro, ne serait-ce par le cout qu’il engendrerait.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.