Il n'y a pas d'alternative. Longtemps, l'extrême gauche s'est agacée de cette adage, prononcé à maintes reprises par Margaret Thatcher, soucieuse d'imposer à marche forcée sa révolution néo-libérale. Le slogan a été repris plus tard par Jean-Claude Juncker à propos des tentatives grecques de s'affranchir des règles de l'euro tout en restant dans l'euro. "There is no alternative" ; Et voilà que nous constatons aujourd'hui en Allemagne que "there is no alternative" à Merkel. Pire, "there is no alternative" au statu quo ; Voici des élections régionales qui ont vu débouler l'extrême droite dans le paysage politique allemand. L'Alternative für Deutschland a fait un score de 12,6 % et 15 % des voix en Rhénanie Palatinat et dans le Bade-Wurtemberg, régions frontalières de la France et s'envole à 24,2 % en Saxe-Anhalt, au cœur de l'ancienne Allemagne de l'Est. Et pourtant, rien ne va changer : dans la Bade Wurtembrerg, ce sont les Verts qui vont rester au pouvoir. En Rhénanie Platinat, les sociaux démocrates et en Saxe-Anhalt les chrétiens démocrates. En effet, avec la montée des extrêmes, il devient de plus en plus dur de former une coalition entre gens fréquentables...

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.