Après l’élection de Donald Trump, on fut tenté par un mea culpa - tenté d’expier au nom de la déconnexion des élites avec le peuple.

Supporters d'Hillary Clinton le soir de l'élection de Trump à la présidence des USA
Supporters d'Hillary Clinton le soir de l'élection de Trump à la présidence des USA © Reuters / Carlos Barria

Pour n’avoir rien compris à la détresse des classes populaires ni réalisé l'accroissement des inégalités dans cette mondialisation malheureuse. Soudain est venu le propos de Jean-François Kahn, le fondateur de Marianne, villipendant mes idées :

Si vous me demandez qui je préfère, d’Eric Zemmour et d’Arnaud Leparmentier, je rentre chez moi.

Bigre, quel honneur.

Nous connaissons les valeurs de Kahn qui fit du Trump avant l'heure en parlant de « troussage de domestique » dans l'affaire DSK. Heureusement, Eric Zemour nous a rassuré : « vous êtes une boussole qui indique le sud ». Redisons donc notre credo avec Angela Merlel : avec l'Amérique nous sommes « liés par des valeurs, la démocratie, la liberté, le respect du droit, de la dignité de l'homme indépendamment de sa couleur de peau, de sa religion, de son sexe, de son orientation sexuelle ou de ses convictions politiques".

Le « petit blanc » est en souffrance, mais ce n'est pas pour cela que nous allons renoncer à nos valeurs...

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.