Ce soir, direction le Yémen, en guerre, où sévit une épidémie de choléra... On compte déjà une centaine de mort !

Un enfant suspecté d'avoir le choléra est soigné dans un hôpital au Yémen
Un enfant suspecté d'avoir le choléra est soigné dans un hôpital au Yémen © AFP / Mohammed HUWAIS

Le choléra est une maladie extrêmement contagieuse, qui passe par l'eau et qui est toujours la conséquence dramatique d'un désordre sanitaire : guerre ou catastrophe naturelle.

Or, aujourd'hui, il n'y a pas un mais bien deux pays en état d'urgence sanitaire absolu à cause de la guerre, c'est la Syrie, bien sûr, mais aussi le Yémen. Or le Yémen, personne n'en parle ou presque. Pourtant le Yémen est beaucoup plus peuplé que la Syrie : 27 millions d'habitants pour le Yémen, 19 millions pour la Syrie. Alors pourquoi ce silence alors que 17 millions de Syriens ont faim, qu'une bonne partie risque même la famine et que la guerre dure depuis 2015.

La première réponse est assez évidente : on parle de 500 000 morts en Syrie. Il n'y en aurait « que » 10 000 au Yémen. La disproportion entre ces deux bilans explique une partie de ce silence international.

Le nombre des victimes yéménites est encore soutenable, comparée à l'énormité de la catastrophe syrienne. Mais, il y a évidemment d'autres explications à cette indifférence de l'Occident et surtout du monde arabe.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.