Epais brouillard que l'on va essayer de dissiper un peu ensemble en se posant une série de questions toutes simples. D'abord, pourquoi parle-t-on de la Corée du Nord ce soir ? Parce qu'un touriste américain à Pyongyang vient d'être condamné à 15 ans de travaux forcés. Otto Warmbier, c'est son nom, est étudiant, il a voulu ramener avec lui de son voyage improbable un poster de propagande et il se retrouve otage du régime nord-coréen et de ses relations exécrables avec l'Occident en général et les Etats-Unis en particulier. Depuis plusieurs semaines, les Nord-Coréens multiplient les provocations et les menaces. La dernière en date : réduire en cendre Manhattan à coup de bombes H. La deuxième question est donc : le régime nord-coréen est-il devenu fou ? La réponse est non, ils ne sont pas fous. Leur logique est certes paranoïaque mais pas insensée. Je vais vous raconter une anecdote. Lors des négociations en 2005, un diplomate Nord-coréen avait naïvement livré le fond de la pensée de son régime : « L'Afghanistan et la Libye n'avaient pas de bombes atomiques : vous avez attaqué ces deux pays. Voilà pourquoi jamais nous abandonnerons notre programme nucléaire ». C'est un argument qu'on peut entendre et qui n'est pas totalement déraisonnable..

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.