Epais brouillard que l'on va essayer de dissiper un peu ensemble en se posant une série de questions toutes simples. D'abord, pourquoi parle-t-on de la Corée du Nord ce soir ? Parce qu'un touriste américain à Pyongyang vient d'être condamné à 15 ans de travaux forcés. Otto Warmbier, c'est son nom, est étudiant, il a voulu ramener avec lui de son voyage improbable un poster de propagande et il se retrouve otage du régime nord-coréen et de ses relations exécrables avec l'Occident en général et les Etats-Unis en particulier. Depuis plusieurs semaines, les Nord-Coréens multiplient les provocations et les menaces. La dernière en date : réduire en cendre Manhattan à coup de bombes H. La deuxième question est donc : le régime nord-coréen est-il devenu fou ? La réponse est non, ils ne sont pas fous. Leur logique est certes paranoïaque mais pas insensée. Je vais vous raconter une anecdote. Lors des négociations en 2005, un diplomate Nord-coréen avait naïvement livré le fond de la pensée de son régime : « L'Afghanistan et la Libye n'avaient pas de bombes atomiques : vous avez attaqué ces deux pays. Voilà pourquoi jamais nous abandonnerons notre programme nucléaire ». C'est un argument qu'on peut entendre et qui n'est pas totalement déraisonnable..

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.