Direction l'Iran qui vote demain pour élire son nouveau président... Une élection plus serrée que prévue... Par Anthony Bellanger

On pensait, vu de loin, que l'actuel président Rohani allait être élu dans un fauteuil et l'on avait tort. Comme souvent avec l'Iran, d'ailleurs. Un petit rappel tout de même : Hassan Rohani achève un premier mandat de quatre ans.

Il reste le favori de cette élection et ce, pour plusieurs bonnes raisons : c'est sous son mandat qu'a été signé en 2015 le fameux accord sur le nucléaire qui signait le retour de l'Iran sur la scène diplomatique et surtout pétrolière internationale.

En clair : en échange d'un contrôle accru de son programme nucléaire et de l'abandon de toute velléité d'assembler une bombe atomique, Téhéran voyait graduellement la levée des sanctions qui pesaient sur son économie.

De plus, après deux mandats nationalistes et crépusculaires d'Ahmadinejad – l'homme qui voulait rayer Israël de la carte – l'élection de Rohani a été celle d'un modéré. Autrement dit, pour la jeunesse citadine, la promesse de plus de libertés.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.