Le président élu a annoncé vouloir annuler les restrictions tueuses d’emplois dans la production d’énergie ». Comprenez : "no limit" à la production de gaz et de pétrole de schiste

Extraction de gaz de schiste à Bakken (USA)
Extraction de gaz de schiste à Bakken (USA) © Maxppp / Jim Gehrz/ZUMAPRESS

Le nouveau président américain, quand il ne se dispute pas de manière un peu hallucinante et échevelée comme hier avec nos confrères du New York Times, et bien il commence à distiller des mesures choc pour ses 100 premiers jours.

L’une d’elles est passée un peu inaperçue : fidèle, cette fois, pour le coup, à ses propos de campagne, le président élu va « annuler, dit-il, les restrictions tueuses d’emplois dans la production d’énergie » : comprenez, en clair, supprimer les quelques limites, pourtant modestes, mises par son prédécesseur, à la production de gaz et de pétrole de schiste.

« No limit », ce sera désormais le mot d’ordre de la politique américaine dans ce domaine ultra-sensible.

Pourtant, on le sait, désormais de manière très documentée, l’exploitation des gaz et des pétroles de schiste provoquent de gros dégâts en matière d’environnement. Si certains risques commencent à être maîtrisés, d’autres sont bien confirmés : il est par exemple désormais établi que l’accroissement du nombre de séismes au magnitude 3 et plus, aux Etats-Unis, dans l’Oklahoma – il y en eu 900 pour la seule année 2015 – sont en grande partie due à ce qu’on appelle le fracking, c’est à dire la fracturation hydraulique qui frappe les roches-mères de la planète et qui est la principale méthode aujourd’hui d’extraction de gaz et pétrole de schiste...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.