L'Europe, c'est le Saint Empire germanique, mais en pire. Il ne lui suffit pas de s'être divisé en micro États -28 pour l'UE il se subdivise en micro régions à pouvoir législatif.

Corde dont les fils sont aux couleurs des drapeaux des pays de l'Union Européenne
Corde dont les fils sont aux couleurs des drapeaux des pays de l'Union Européenne © Getty / Justin Case

L'anecdote est surtout connue en Allemagne, où l'on aime à se moquer des mille principautés du Saint Empire Germanique.

Donc, vers 1754, Voltaire était réfugié dans la principauté de Salm, aujourd'hui dans les Vosges, quand le prince découvrant notre philosophe révolutionnaire lui donna 48 heures pour quitter son Royaume.

Voltaire pris sa plus belle plume pour lui répondre. « Monseigneur, je vous suis reconnaissant de la tolérance que vous me donnez en m'accordant deux jours pour quitter une principauté dont un escargot aurait fait le tour en une heure ». Aujourd'hui, l'Europe, c'est le Saint Empire germanique, mais en pire. Il ne lui suffit pas de s'être divisé en micro États - 28 pour l'Union européenne, 50 environ pour le Conseil de l'Europe. Mais il se subdivise en micro régions à pouvoir législatif.

Le nouveau prince de Salm, c'est Philippe Magnette, ministre président de Wallonie. Il ne se contente pas de régner sur Liège et Charleroi. Il bloque le traité de libre-échange avec le Canada. Heureux wallons qui représentent 0,45 % du commerce européen avec le Canada et décident seuls pour 500 millions d'européens. Comme le dit le politologue centriste Jean-Louis Bourlanges : « C'est ce que les souverainistes appellent la démocratie ».

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.