D'abord, pour essayer de comprendre comment le premier ou le second constructeur mondial d'automobile, selon les calculs, a pu penser que personne s'apercevrait de la supercherie qui consistait donc à installer un logiciel capable de détecter les tests de pollution. La réponse la plus simple à cette question, à plusieurs dizaines de milliards d'euros tout de même, est la suivante : VolksWagen a cru pouvoir s'en tirer à bon compte parce que tout bêtement, ils ont fait un calcul coût/bénéfice qu'ils ont estimé favorable...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.