Le geste est beau, important, historique peut-être. En tout cas très obamesque. Il souligne cette obsession du président : mettre autant que possible le monde à l'abri du feu nucléaire. Mais quel est son vrai bilan en matière de lutte contre la prolifération ? Pas nul, mais pas terrible. Explication. Côté positif : un accord bilatéral de réduction des armes nucléaires avec la Russie; l'accord de 2015 avec l'Iran. Côté négatif : il a donné son feu vert au Pentagone pour le plus large programme de modernisation de l'arsenal nucléaire américain jamais décidé sur les bords du Potomac... Du Obama pur sucre.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.