Pendant que le président Rohani séduit tout le monde à Paris, à Téhéran, les durs marquent des points - contre lui. Ils montrent qu'ils ont le vrai contrôle du pouvoir. Ils rejettent les candidats de Rohani aux élections de février - y compris un petit fils de Khomeiny.

Dans l'entourage de Rohani, tempête sous les turbans - ils perdent la partie à Téhéran ? L'ouverture à l'ouest de l'Iran est menacée...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.