Avant, au moins, on avait le sens de l’honneur. On présentait 110 propositions révolutionnaires, on coulait l’économie du pays pendant deux ans, et on finissait par céder, mis à genoux par les dévaluations. C’était la méthode Mitterrand de 1981. Puis, est venue la méthode grecque : un programme révolutionnaire, six mois de palabres, et on accepte les réformes exigées par Bruxelles comme l’a fait avec brio Alexis Tsipras. Nous avons trouvé encore mieux. Jeremy Corbyn, élu triomphalement à la tête du Labour, qui retourne sa veste râpée avec élégance, mais plus vite que son ombre...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.