Quelques heures après l’attaque terroriste contre Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, un directeur artistique, Joachim Roncin, crée et poste le logo “je suis Charlie” pour exprimer son désarroi. Immédiatement repris, le slogan devient un symbole de l’événement mais suscite aussi un débat autour de la liberté d'expression.

Le 7 janvier 2015, Joachim Roncin, est en pleine conférence de rédaction au magazine Stylist lorsque l’un de ses collègues reçoit sur son téléphone la notification de l’attaque terroriste au siège de Charlie Hebdo. 

Face à son écran, sous le choc, il hésite à réagir. Joachim Roncin est directeur artistique. Alors, il télécharge le logo de Charlie Hebdo, écrit “Je suis Charlie” en lettres blanches sur un fond noir et poste l’image sur Twitter. C’est sa façon d’exprimer ce qu’il ressent à ce moment précis. 

Alors que sur les téléphones portables, les noms des victimes apparaissent les uns après les autres, le visuel de Joachim devient viral. Certains retweetent, impriment ou collent l’image en photo de profil. D’autres accompagnent leurs propres mots du hashtag #JeSuisCharlie. 

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.