En 1967, aux Etats-Unis et deux ans plus tard en France, David Vincent est le seul à savoir que les extra-terrestres sont parmi nous. Série paranoïaque de la fin des années 60, en quoi est-elle le miroir de son temps ?

 Roy Thinnes dans la série télévisée américaine "Les Envahisseurs"
Roy Thinnes dans la série télévisée américaine "Les Envahisseurs" © AFP / ABC TV / COLLECTION CHRISTOPHEL/Quinn Martin Productions

"Les envahisseurs, des êtres étranges venus d’une autre planète. Leur destination : la Terre. Leur but : s'y établir et en faire leur univers. David Vincent les a vus. Pour lui, cela a commencé pendant une triste nuit , le long d’une route solitaire de campagne, alors qu’il cherchait un raccourci que jamais il ne trouva. 

Cela a commencé par une auberge abandonnée et un homme trop fatigué par le manque de sommeil pour continuer son voyage. Cela a commencé par l’atterrissage d’un vaisseau spatial. 

A présent, David Vincent sait que les envahisseurs sont là, qu’ils ont pris forme humaine et il lui reste à convaincre un monde incrédule que le cauchemar a déjà commencé..."

Tel était l'introduction du générique de cette série devenue culte et souvent parodiée. David Vincent, architecte de formation, traque donc ces envahisseurs extra-terrestres à chaque épisode. S’il gagne la bataille à chaque coup, son combat semble pour autant perdu d’avance, comme si la menace ne s’estompait jamais, un peu à l’image du contexte géopolitique de l’époque celui de la bipolarisation du monde.

On a beaucoup dit que le halo de lumière rouge dans laquelle disparaissaient les envahisseurs était un signe… communiste. Mais d'autres, ont dit que ces envahisseurs si humains qui complotent dans le dos des citoyens pour mieux manipuler tel ou tel dirigeant dans le plus grand secret pouvait être vus comme une critique de la CIA. Et si on ajoute à ça des complexes militaro-industriels abandonnés où – nous laisse-t-on imaginer – les Américains auraient pu expérimenter de nombreux essais pas très clairs, on peut y lire aussi une critique de cette Amérique secrète qui expérimente l’impensable au nom de la défense de la démocratie.

C’est le contexte de l’époque : l’après cataclysme de la Bombe H et la peur nucléaire, la guerre froide et un enlisement des troupes américaines au Vietnam… La série paranoïaque joue sur les peurs de son temps et en profite pour dessiner en creux un portrait pessimiste de l'Amérique des années 67-68. 

Une série qui va beaucoup inspirer et notamment X-Files qui, 25 ans plus tard, reprendra quelques principes fondateurs des Envahisseurs pour décrire les peurs de l'Amérique de la fin du XXème siècle. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.