Une fois n’est pas coutume, un effet miroir sur une série de 2021, la saison 2 de Hippocrate. Un effet miroir raconté par son créateur lui-même : Thomas Lilti

"Hippocrate", saison 2, ou comment l'actualité rattrape la fiction
"Hippocrate", saison 2, ou comment l'actualité rattrape la fiction © Denis Manin / 31 Juin Films / Canal+

Petit rappel, en saison 1, en 2018, la série montrait un service hospitalier sous financé qui devait faire face à la mise en quarantaine et le confinement de plusieurs de leurs médecins titulaires pour des questions de sécurité sanitaire. Les chefs abandonnaient le service de médecine interne et passaient le relais à de jeunes médecins inexpérimentés. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

En saison 2, on retrouve les mêmes médecins confrontés à d’autres crises, nous sommes l’hiver 2020. Le service des urgences se retrouve littéralement sous l’eau avec le gel et la vétusté, les canalisations explosent et c’est l’inondation. Le service de médecine interne doit donc accepter d’accueillir les urgences en son sein. 

Si vous ajoutez à ce point de départ, l’arrivée dans le 2ème épisode de patients intoxiqués au monoxyde de carbone qui doivent être triés, en deux épisodes à peine, Hippocrate, saison 2, fait brillamment écho au débordement actuel des hôpitaux. 

Alors qu’est-ce que la pandémie est venue bousculer dans la production de sa série. Comment l’actualité et le réel ont-ils rattrapés sa fiction ? Quelle dimension militante porte cette série en elle ? 

Thomas Lilti raconte.

Retrouvez le point de vue critique de Marjolaine Boutet et Isabelle Danel sur la saison 2 de Hippocrate et le coup de coeur de Xavier Leherpeur sur le livre "Le Serment" de Thomas Lilti chez Grasset dans l'émission Une heure en séries du 3 avril 2021

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.