Le Figaro a eu l'exclusivité de l'interview de Nicolas Sarkozy à la suite de l'annonce de sa condamnation et à la première question du quotidien "Qu’avez-vous fait après votre condamnation?" L'ancien Président répond : "J’ai passé la soirée avec ma famille, nous avons regardé la série The Killing"... Un bon choix ?

L’actrice Sofie Gråbøl dans la série "The Killing",  série TV de Soren Sveistrup.
L’actrice Sofie Gråbøl dans la série "The Killing", série TV de Soren Sveistrup. © ZDF/Tine Harden

Quand l’actualité politico-judiciaire de cette semaine est tombée, tout sériephile qui se respecte a du se dire... Vivement, "Sarko, la série". La vie de cet homme et l’impact de sa politique sur la France de 2021, est tellement riche que ça en vaudrait une… La décision de la 32e chambre correctionnelle qui le condamne pour corruption et trafic d'influence à trois ans d'emprisonnement, dont un an ferme ça ferait un bon cliffhanger de fin de saison, un peu comme quand on a tenté de tirer sur JR dans Dallas,  avant de faire appel la saison suivante et renaître de ses cendres… 

Une actualité qui fait aussi un bon effet miroir tant politique et corruption se mêlent dans tellement de scénarios de séries … au point de ne plus savoir à quel saint cathodique se vouer.  Vers quelle série, quel épisode, quel personnage se tourner ?  

Baron Noir où Kad Merad (enfin Philippe Rickwaert) voit la brigade financière enquêter sur des financements occultes de campagne électorale ? House Of Cards autour du personnage machiavélique Franck Underwood ?

Finalement, l’ancien Président a fait le boulot à notre place. 

À peine apprenions-nous sa condamnation que dans une interview exclusive au Figaro, Nicolas Sarkorzy choisissait pour nous : « J’ai passé la soirée avec ma famille, nous avons regardé la série The Killing »

Mais … de quel Killing parle-t-il ? De la version américaine ou de la version scandinave ? La série danoise est en intégralité sur Arte, du coup Nicolas Sarkozy a du choisir la série originelle. Une série qui allie polar noir et thriller politique.

Petit rappel en saison 1 après la découverte du corps d’une jeune fille, les investigations prennent un tournant particulier quand un homme politique, candidat à la municipalité de Copenhague se retrouve lié à l’affaire, on a retrouvé la jeune fille assassinée dans un véhicule qui appartenait à l’équipe de campagne du politicien.

Alors était-ce la bonne série pour Nicolas Sarkozy ce soir-là ? A-t-il eu raison d’évoquer dans cette interview la célèbre série scandinave qui met en scène un homme politique pas très clair et un entourage pas très net ?  Communiquer sur le fait qu’il regardait ce soir-là une série où une enquêtrice n’hésite pas à poser des questions dérangeantes à un homme politique qui a les dents longues - ? Un type, son nom est Hartmann, qui pense à son avenir politique « Pas simplement quand il se rase »  et qui communique mieux qu’il pense le monde, un homme brillant tacticien mais assez trouble dans une série qui au-delà du personnage aborde par ailleurs, à plusieurs reprises, la thématique de la corruption. 

Bonne ou mauvaise idée ? 

Quoi qu’il en soit se dire que le soir de sa condamnation, en famille, Nicolas Sarkozy pouvait être en train de regarder une scène de l’épisode 2 de la saison 1 où après la première confrontation entre la policière et l’homme politique. Inquiet le candidat se demande si cette affaire ne va pas en réveiller d'autres, c'est ... comment dire... plutôt truculent.

L'équipe
Thèmes associés