Retour sur des liaisons parfois fructueuses entre créateurs de séries et personnalités politique au moment et où l'on apprend qu'Edouard Philippe travaillerait à l'écriture d'une série.

L'ancien Premier ministre Edouard Philippe a annoncé qu'il travaillait sur une série sur les coulisses de la politique
L'ancien Premier ministre Edouard Philippe a annoncé qu'il travaillait sur une série sur les coulisses de la politique © Getty / Francois G. Durand

Vous l’avez peut-être entendu, notre ancien premier ministre, Édouard Philippe, serait un fan inconditionnel de The West Wing, une série qu’il aurait vu dit-il 4 fois soit 444 heures de programme auquel vous ajoutez les 24 heures de Baron Noir qu'il dit avoir beaucoup apprécié. Je ne savais pas que le job de 1er ministre, de député-maire du Havre ou encore de conseiller régional et général, ça laissait autant de temps.

Ce fan de série politique qu'est Edouard Philippe dit même s’être inspiré d’une scène de The West Wing lors de la première conférence de presse de la crise sanitaire

Et voilà qu’Edouard Philippe nous annonce qu’il va écrire une série sur les coulisses d’une campagne électorale, enfin, participer à l’écriture de l’adaptation en série de son livre écrit avec le député européen et ex-conseiller d'Alain Juppé, Gilles Boyer, « Dans l’ombre » paru chez Jean-Claude Lattès.

Si ce projet se concrétise, le nom d’Édouard Philippe s’ajoutera donc à la liste de ces hommes qui dans l’ombre ou dans la lumière de la vie politique participe de près ou de loin à l’écriture ou la production de série. 

En France, Eric Benzekri, ex-conseiller de Jean-Luc Mélenchon et de Julien Dray, a cocréé Baron Noir et le médecin pas encore ministre Bernard Kouchner a écrit sous pseudo Médecins de nuit.

Mais il n'y a pas qu'en France que des hommes politiques s'intéressent aux séries, derrière ou devant les caméras, c’est  évidemment le cas aussi chez les américains. La preuve avec deux exemples : la franchise Law & Order et la série K Street.

New York Police Judiciaire, New York Unité Spéciale ou Law & Order en VO – et qui n'a rien à voir avec le slogan de Trump - est une collection de séries signées Dick Wolf et qui ont accueillies des politiques dans leurs propres paroles comme le futur président Joe Biden dans un épisode L&O : Special Unit en 2016 ou encore dans L&O, Rudoph Guliani, pas encore l’avocat véreux de Donald Trump mais le Maire de New York. Mais plus intéressant encore, le comédien Fred Thompson - qui a incarné le procureur Arthur Branch durant plus de 140 épisodes – est un des rares politiciens américains à poursuivre parallèlement sa carrière d’acteur à son travail de sénateur, il quittera d'ailleurs la série uniquement pour tenter sa chance aux primaires républicaines de 2008. 

Mais le cas le plus fou reste celui de l’ovni télévisuel K Street de Steven Soderbergh et George Clooney

Une série en 10 épisodes diffusée en 2003 sur HBO est centrée sur les coulisses de la vie politique à Washington. Tournée comme un documentaire, cette série mettait en scène des conseillers et lobbyistes fictifs interprétés par Mary MacCormack, vue dans US Marshall et John Slattery (vu dans un paquet de séries dont Mad Men ou Law & Order). Ces comédiens se mêlaient à la vie réelle de Washington au côté de deux véritables lobbyistes qui y jouaient leurs propres rôles : James Carville (ex-assistant de Clinton) et Mary Matalin (qui avait travaillé pour Georges W. Bush). 

Un mélange des genres où les vrais politiques s'invitent dans la fiction et inversement : Lors d’un vrai débat politique, James Carville glisse à l’oreille du vrai candidat à la Primaire démocrate Howard Dean une formule écrite pour la série. Une punchline de scénariste que Howard Dean utilisera avec brio dans le réel ou comment la série s'invite dans la vraie vie politique. 

=> Retrouvez Benoît Lagane, avec ses gourmandises sérielles et cathodiques dans Faim de Séries tous les vendredis dans le 5/7 de Mathilde Munos sur France Inter

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.