En ce week-end de la Toussaint retour sur la série d’Arte « Ainsi soient-ils » centrée sur le parcours de cinq jeunes séminaristes. Une série qui a divisé les chrétiens sous le pontificat de Benoît XVI pour une fiction plus proche de l'esprit du Pape François.

"Ainsi soient-ils", saison 3, série télévisée sur Arte.
"Ainsi soient-ils", saison 3, série télévisée sur Arte. © Zadig Productions

Ainsi Soient-ils, excellente série française est à nouveau disponible en intégralité et gratuitement sur la plateforme d’Arte : Arte.tv. L'occasion d'évoquer cette fiction qui en 3 saisons et 24 épisodes tentait il y a 8 ans de raconter les coulisses de l’Église à travers le parcours de 5 jeunes séminaristes, une série qui a globalement enthousiasmé la critique, pour son énorme travail de documentation et le soin particulier apporter tant dans l'écriture que dans sa mise en scène. 

Ainsi soient ils raconte d’un côté l’apprentissage de ces jeunes séminaristes confrontés au doute et d’un autre, à une dimension plus politique, élection des évêques, politique d'austérité et ou la série prend aussi des airs de Borgen … à l’évêché. 

Bien interprétée, écrite et réalisée, on doit la série à Vincent Poymiro et David Elkaïm au scénario, Rodophe Tissot à la réalisation et Bruno Nahon à la production, quatre bons samaritains ou brebis galeuses, c’est selon le point de vue, puisque aussi réussie soit elle, la série n’a pas fait que des heureux chez les catholiques. 

La série a d'ailleurs reçu en 2012 un prix au festival international du film catholique de Rome Mirabile dictu, sous le haut patronage du Conseil pontifical pour la culture avant que ce prix lui ait été retiré.

Du côté de la presse catholique en France, on a été plutôt divisé. Si la série a été adorée à Télérama - mais ça fait longtemps que les catholiques ont fui la rédaction - à La Croix ou à La Vie Catholique, on était semble-t-il extrêmement partagés. 

Certains catholiques, tout en acceptant les codes de la fiction, ont reproché à la série de montrer une vision trop triste de la vie de ces jeunes séminaristes. D’autres, plus remontés, se sont lancés dans une véritable guerre numérique des religions en créant un site ainsisoientils.com dans lequel, par représailles, ils divulgachaient la fin de la saison et commentaient la série et les situations "trop pleines de clichés" selon eux.

Étonnante et somme toute assez classique réaction d’un milieu qui ne se reconnait pas dans le miroir que lui tend la fiction. Il faut dire, avec le recul, que la série avait tout pour embarrasser les tenants d’un catholicisme traditionnel plutôt à droite de l’échiquier. 

La série embrassant plutôt une vision progressiste des chrétiens de gauche que l’on entend assez peu. Le sympathique Père Fromanger directeur du séminaire et incarné dans la série par l'excellent Jean-Luc Bideau est clairement plus proche du Pape François que de Benoît XVI, or quand Ainsi soient ils débarque sur le petit écran, c’est encore le second qui est en place, et personne n'imagine qu'un Pape puisse déclarer être "pour l'union civile des homosexuels". 

Le plus simple, catho ou pas, est d’aller voir ou revoir la série sur Arte pour vous rendre compte surtout de l’originalité et des qualités indéniables de cette série d’utilité publique qui démontre que tenter de regarder sa société et son temps par le prisme du séminaire est loin d’être une mauvaise idée, au contraire, la série questionne et doute … comme tout bon chrétien ma foi !

=> Retrouvez Benoît Lagane, avec ses gourmandises sérielles et cathodiques dans Faim de Séries tous les vendredis dans le 5/7 de Mathilde Munos sur France Inter. 

L'équipe