Bruno Le Maire présente son projet de loi mercredi 6 mars pour taxer les géants du numérique. Une mesure qui devrait entrer en vigueur dès cette année. Pourquoi ne l’a-t-on pas fait plus tôt ? Parce que ces entreprises du numérique sont des as de la fiscalité internationale et de la délocalisation de bénéfices.

Les entreprises du numériques sont passées maîtres dans l’art de cette optimisation fiscale, évasion fiscale, qui, pour être tout à fait légale, ampute d’un impôt les pays consommateurs.
Les entreprises du numériques sont passées maîtres dans l’art de cette optimisation fiscale, évasion fiscale, qui, pour être tout à fait légale, ampute d’un impôt les pays consommateurs. © Getty / Chesnot / Contributeur

Un projet de loi pour taxer les géants du numérique sur leur chiffre d'affaires est présenté mercredi 6 mars 2019 en conseil des ministres, par Bruno Le Maire. Une taxe spécifique qui permettrait de contrer une partie de l'évasion fiscale de ces firmes. Problème : les GAFA minorent une partie de leurs revenus en France :

Les entreprises du numériques sont passées maîtres dans l’art de l'optimisation fiscale, évasion fiscale qui, pour être tout à fait légale, ampute d’un impôt les pays consommateurs.

Nombreux freins, pays divisés, écarts entre chiffre d'affaires réel et déclaré du côté des GAFA... Pourquoi n'a-t-on pas réussi encore à vraiment taxer les géants du numérique ?

► ENQUÊTE INTÉGRALE | Taxer les revenus réels des GAFA : une opération quasi impossible, une enquête d'Isabelle Souquet, pour la cellule investigation de Radio France, à lire dès maintenant et à écouter en intégralité samedi 2 mars à 13h20 dans Secrets d'info.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.