Il n'est pas scientifiquement établi que les morts suspectes de vaches laitières soient dues à la présence dans leur environnement immédiat de réseaux de transport d’électricité. Pourtant quand l'activité électrique est suspendue, les animaux guérissent et la production laitière reprend comme avant... Enquête.

Vaches dans un champ à proximité d'éoliennes à Nort-sur-Erdre, dans l'Ouest de la France.
Vaches dans un champ à proximité d'éoliennes à Nort-sur-Erdre, dans l'Ouest de la France. © AFP / CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Depuis une vingtaine d’années dans plusieurs régions françaises des élevages bovins connaissent des désordres comportementaux, des maladies et une mortalité inexpliquée. Des centaines d’animaux disparaissent. La production laitière souffre : chute de production, lait impropre à la consommation. Les exploitations agricoles périclitent. Des mises en liquidation judiciaire sont prononcées.

Seul point commun apparent à tous ces élevages disséminés en France : la proximité de pylônes électriques de champs d'éoliennes ou de parcs photovoltaïques et la présence de câbles électriques souterrains. Aucun lien de causalité n'a pu être scientifiquement démontré. Cependant, selon les relevés de données des robots de traite que la cellule investigation de Radio France a pu examiner, il apparaît que lorsque l'activité électrique est suspendue, les animaux vont nettement mieux et la production laitière reprend comme avant…

Plusieurs éleveurs dont les troupeaux ont été décimé ont décidé de porter plainte contre X pour amener la justice à se prononcer et tenter de percevoir une indemnisation.

► ENQUÊTE INTÉGRALE - Morts suspectes de centaines de bovins : de nouveaux éléments désignent les lignes électriques, par Laetitia Cherel, cellule investigation de Radio France, à lire dès maintenant et à écouter en intégralité samedi 2 novembre à 13 h 20 dans Secrets d'info.

► VIDÉO - Vaches mortes : la piste électrique confortée :

https://contrib.franceculture.fr/node/215478

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.