EXCLU : suite au rapport de la Cour des Comptes sur les dérives à l'Ordre national des chirurgiens-dentistes, une enquête préliminaire a été ouverte au Parquet de Paris.

A quoi sert "la cagnotte" de l’Ordre des dentistes ?
A quoi sert "la cagnotte" de l’Ordre des dentistes ? © Getty / Scott Olson

Selon nos informations, une enquête préliminaire a déjà été ouverte suite au rapport de la Cour des Comptes du 8 février 2017 qui épinglait sévèrement l’Ordre national des chirurgiens-dentistes pour de très nombreuses dérives. Parmi les dysfonctionnements pointés par la Cour des Comptes :

  • une gestion opaque,
  • des soupçons de favoritisme,
  • des voyages et des cadeaux offerts à certains membres de l’Ordre et à leur famille payés sur les fonds de l’Ordre, à savoir les cotisations versées à l’Ordre par les 44.000 dentistes de France,
  • des cumuls de mandats.

Toujours selon nos informations, parallèlement à cette enquête préliminaire, une plainte contre X a été déposée au Parquet de Paris par un collectif de dentistes qui s’est constitué suite aux révélations de la Cour des Comptes. C’est une plainte pour détournement de fonds publics et escroquerie. Ce Collectif a créé le « Comité de défense de l’honneur de la profession des chirurgiens-dentistes » qui entend dénoncer les dérives de l’Ordre et a déjà reçu le soutien de plusieurs centaines de confrères.

Récepissé de dépôt de plainte par Maître Rudyard Bessis
Récepissé de dépôt de plainte par Maître Rudyard Bessis / DR

L’avocat de ce collectif de dentistes, Philippe Rudyard Bessis, en litige depuis plusieurs années avec le Conseil de l'Ordre : "Pendant des années, il n'y a pas eu de contrôles, il y avait une concentration des pouvoirs au sein du bureau. Le risque de favoritisme existe. Nous espérons que cette dérive sera corrigée."

VIDÉO | Ordre des dentistes : une plainte contre les dérives

Une montre sertie de diamants

Parmi les cadeaux luxueux achetés par les Ordres avec les cotisations des dentistes, il y en a un particulièrement spectaculaire : une montre de femme sertie de diamants, d’une valeur de 2200€. 48 diamants entourent le cadran, et 11 sont à l’intérieur (c’est écrit sur la notice de la marque Longines, consultable sur internet).

Montre sertie de diamants et sa facture
Montre sertie de diamants et sa facture / Montre : Laetitia Saavedra, Facture : DR

Cette montre a été offerte en 2014 à une secrétaire administrative de l'Ordre départemental des chirurgiens-dentistes des Alpes maritimes pour 30 ans de bons et loyaux services. Olivier Comte, le président de l'Ordre, explique que sur les 2200€, 1200 ont été payés par l'Ordre (donc avec les cotisations des dentistes), les 1000€ restants par les 10 membres de l'Ordre qui ont mis la main à la poche. Pour le président de l'Ordre, ce cadeau ne pose donc aucun problème :

C’est une gestion "en bon père de famille" des fonds du conseil de l'Ordre. Il n'y a rien à nous reprocher.

Des indemnités douteuses

Parallèlement à ces cadeaux de luxe, des questions se posent sur la nature du travail effectué par les membres de certains Ordres, et sur les indemnités qui vont avec. Quelques exemples tirés du rapport de la Cour des Comptes :

  • une indemnité versée à un membre du Conseil des Pays de la Loire en 2014 parce qu'il avait assisté au pot de départ d'un salarié de l'agence régionale de santé.
  • un dédommagement pour participation à une manifestation organisée par un syndicat dentaire.

Patrick Lefas, le magistrat qui a coordonné le rapport de la Cour des Comptes, évoque un autre cas "tout à fait curieux", selon ses mots : une indemnité pour avoir assisté à un goûter d'enfants pour Noël. Selon nos informations, il s’agit d’un membre du Conseil national de l’Ordre. Son président, Gilbert Bouteille, conteste l'existence de ces indemnités. Mais selon nos informations, une indemnité spécifique de goûter de Noël a bien été versée à deux reprises en 2011 et en 2014.

Des logements de fonction tous frais payés

Des questions se posent aussi sur la gestion des logements de fonction à Paris, propriété de l’Ordre national des dentistes. Neuf logements de fonction, toutes charges payées, sont destinés aux membres du bureau de l'Ordre national qui habitent en région, qui n’ont pas d’habitation à Paris, et qui se rendent deux fois par semaine à l’Ordre national. Ces appartements sont situés près de la très chic avenue Foch dans le 16ème arrondissement. Ils sont mis à la disposition des membres du bureau gratuitement, toutes charges payées. Ces charges s’élèvent à 100 000€ par an, frais de pressing compris. Problème : ces habitations ont bénéficié dans le passé à trois conseillers habitant Paris et la région parisienne. Un ancien membre du bureau de l’Ordre national qui souhaite rester anonyme, connaît bien ces logements : "Il y a quelques studios et des appartements plus grands. Celui du président est en étage et bénéficie d'une belle terrasse. Ils sont en général meublés au frais de l’ordre national. Je me souviens très bien d'un magnifique lit Roche Bobois à 3500 € qui a été acheté dans les années 2000 pour meubler une de ces chambres."

Si Gilbert Bouteille, président de l’Ordre national des chirurgiens-dentistes, ne partage pas tous les constats de la Cour des comptes, il affirme qu’une réforme de l'Ordre est à l’étude. Elle sera débattue lors des Assises de l’Ordre qu’il organise en juin prochain. Gilbert Bouteille reconnaît des anomalies de gestion qui seront sanctionnées et rappelle que cela ne concerne que quelques Ordres sur la centaine qui existent en France. Selon nos informations, le président de l’Ordre de l’Isère, un des départements les plus critiqués par la Cour, a déjà été prié de démissionner.

►► L'enquête intégrale de Lætitia Saavedra à lire et écouter ici.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.