Alors qu’un projet de mine d’or est à l’étude en Guyane, l’un des promoteurs, l’entreprise russe Nordgold, promet une exploitation exemplaire. Mais en Guinée, où la société gère déjà une mine, des villageois témoignent des effets néfastes sur leur vie au quotidien.

Malgré la construction d'un remblai, des failles existent toujours dans le lac de boues cyanurées de la mine de Lefa, gérée par Nordgold.
Malgré la construction d'un remblai, des failles existent toujours dans le lac de boues cyanurées de la mine de Lefa, gérée par Nordgold. © Radio France / Philippe Reltien

Fin août 2018, la société russe Nordgold modifie son projet guyanais de la Montagne d'or : les boues résiduelles de l'usine qui seront déversées dans un lac seront finalement décyanurées avant d'être rejetées à l'air libre.  Un procédé que n'a pas la chance de connaitre la Guinée.

En 2010, le groupe Nordgold rachète la mine de Lefa, dans la préfecture de Siguiri, dans le nord de la Guinée. Autour, la vie sauvage a disparu selon les villageois, et le village situé juste en dessous des lacs remplis de boues cyanurées en subit les conséquences. “Les gens s'adonnaient à l'agriculture, à l'élevage, à la chasse, raconte le sous-préfet. Mais maintenant, les bêtes ont fui, les espèces ont disparu, l'environnement et l'écosystème sont atteints. On a peur des conséquences sur le long terme.”

Des animaux qui meurent, des habitants qui toussent... Un remblai a bien été construit durant l'été 2018 pour boucher une brèche, et Nordgold assure que le cyanure ne serait pas en cause. Mais ces éléments inquiètent et questionnent : va-t-on retrouver en Guyane les mêmes effets de la mine en Guinée exploitée par Nordgold ?

ENQUÊTE INTÉGRALE | Montagne d’or en Guyane : le contre-exemple guinéen, une enquête de Philippe Reltien pour la cellule investigation de Radio France, à lire dès maintenant et écouter en intégralité dans l'émission Secrets d'info, samedi 13 octobre à 13h20 sur France Inter.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.