A l'approche de Noël, Secrets d’Info vous propose une émission spéciale, un débat sur l’état du journalisme d’investigation.

Spéciale débat : l'investigation en danger ?
Spéciale débat : l'investigation en danger ? © Radio France

Samedi 24 décembre, pour débattre et revenir sur cette année 2016, Secrets d'Info reçoit Elise Lucet (France 2), Fabrice Arfi (Médiapart), Jacques Trentesaux (Médiacités) et Mark Lee Hunter (journaliste indépendant).

Durant l’année 2016, plusieurs voyants se sont allumés. Antoine Deltour, le lanceur d’alerte des LuxLeaks, a été condamné alors qu’il avait dénoncé un système fiscal injuste. Récemment, un juge espagnol a tenté de museler toute la presse européenne, après la publication des Football Leaks. Cette affaire a, elle aussi, révélée une évasion fiscale à grande échelle. Mais Fabrice Arfi, journaliste pour le site d’investigation Médiapart, n’a pas l’intention de céder :

C'est une atteinte à la liberté d'informer.

"Un magistrat demande au quotidien El Mundo de se censurer. Il va faire jouer la coopération judiciaire internationale dans toute l'Europe, pour réclamer une censure à l'échelle d'un continent ! Le consortium européen des journalistes EIC entre en dissidence. La Cour européenne des droits de l'homme ne peut pas valider ça."

Ces affaires ont cependant aussi eu des suites plus positives. Le fisc espagnol a ouvert une enquête. Et les Panama Papers, l’autre affaire de fraude fiscale à grande échelle qui a marqué 2016, ont aussi fait bouger les choses : 150 enquêtes ont été ouvertes dans 76 pays. Et Elise Lucet, en charge des magazines d’investigation à France 2, estime qu'en France aussi, des décisions pourraient être prises :

Les gens qui se croyaient intouchables se sentent moins protégés.

"Eliane Houlette est la patronne du Parquet national financier. C'est une magistrate très déterminée. Dès le début de l’affaire elle a détaché des magistrats uniquement pour les Panama Papers. Elle compte sur des mises en examen rapides. Je pense qu'il va y avoir des conséquences aussi en France. Les choses avancent réellement."

Le paradoxe, c’est que la presse a de moins en moins de moyens pour l'investigation. Elle s'appuie de plus en plus sur de grands groupes industriels dont l’objectif est avant tout de réduire les coûts de production, donc les moyens des journaux.

Parallèlement, de nouveaux modèles apparaissent. Jacques Trentesaux, ancien journaliste de l'Express, vient de créer Médiacités. une initiative qui se rapproche de Médiapart, mais à échelle régionale :

"La presse quotidienne régionale ne fait pas assez d'enquêtes. Donc on va le faire en toute transparence, on va publier nos comptes, on va aller à la rencontre des lecteurs. S'ils sentent notre sincérité, on peut construire un modèle".

Des ONG internationales se placent aussi sur le terrain de l’investigation. C'est un autre modèle qui est en train d’émerger. Ces ONG, comme Greenpeace, souhaitent concurrencer les grands médias qui se coupent de plus en plus de leur public. Selon le journaliste américain Mark Lee Hunter :

Greenpeace est l'organisation d'enquêtes environnementales la plus puissante du monde.

"Greenpeace, c'est 3 millions de membres. Ils sont indépendants et font du bon travail."

On assiste donc à une refonte des modèles journalistiques sur fond de crise du lectorat et de perte d’indépendance des médias.

► Il y a 2 ans, Radio France a créé une Direction des enquêtes et de l’Investigation. C’est elle qui produit notamment l’émission Secrets d’Info.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.