Les musulmans et Emmanuel Macron sont leurs cibles privilégiées. Depuis juin 2017, trois réseaux d’ultradroite ont été démantelés en France. Vingt-trois personnes sont mises en examen, dont neuf sont en détention provisoire.

Si le nombre de militants d’ultradroite semble stable en France, les chercheurs et les autorités parlent d’un noyau dur d’un millier de militants.
Si le nombre de militants d’ultradroite semble stable en France, les chercheurs et les autorités parlent d’un noyau dur d’un millier de militants. © Getty / Mint Images

Depuis juin 2017, trois réseaux d’ultradroite ont été démantelés en France. Vingt-trois personnes sont mises en examen dont neuf sont en détention provisoire. Soupçonnés de vouloir s’en prendre à des musulmans ou à Emmanuel Macron, ces militants apparaissent de plus en plus déterminés, bien que parfois amateurs.

VIDÉO | Quand l'ultradroite veut passer à l'action :

Si le nombre de militants d’ultradroite semble stable en France (les chercheurs et les autorités parlent d’un noyau dur d’un millier de militants soutenus par un ou deux milliers de sympathisants), ils semblent plus déterminés et plus belliqueux depuis les attentats islamistes qui ont débuté en 2015.

Qui sont les militants concernés ? Quelles sont leurs cibles ? Quel danger ?

ENQUÊTE INTÉGRALE | Quand l’ultradroite veut passer à l’action, une enquête de Frédéric Métézeau et la cellule investigation de Radio France, à lire dès maintenant et à écouter en intégralité samedi 24 novembre à 13h20 dans l'émission Secrets d'info sur France Inter.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.