C’est un nouveau volet de l’affaire judiciaire sur les soupçons de financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par le colonel Kadhafi en 2007.

Présidentielle 2007 : sur la piste de l’argent liquide
Présidentielle 2007 : sur la piste de l’argent liquide © AFP / François Guillot

Enquête d'Elodie Guéguen et Benoît Collombat

Les juges en charge de l’enquête ont découvert que des liasses de billets avaient été distribuées à des salariés de la campagne du candidat de l’UMP. Ces témoins ont reconnu, sur procès-verbal, que cet argent liquide avait fait office de complément de rémunération.

Les trésoriers du parti et de la campagne de Nicolas Sarkozy ont aussi admis que ces espèces n’avaient pas été déclarées à la commission nationale des comptes de campagne. "Pour moi, c’était hors campagne", a expliqué Eric Woerth, qui avait à l’époque en charge les comptes du candidat. 

Dons anonymes et primes occultes

Les policiers de l’Office central de lutte contre la corruption cherchent à déterminer l’origine de ces espèces. "Des dons anonymes", arrivés au QG du candidat ou à l’accueil du parti, a expliqué Eric Woerth. L’ancien ministre du Budget a qualifié cet argent d’ "encombrant" lors de son audition. "Nous avons songé à le détruire", a-t-il ajouté.  

Une version qui n’a pas convaincu les policiers. Dans un rapport rédigé en septembre 2017, ils évoquent des explications "captieuses" de la part de l’actuel président de la commission des finances à l’Assemblée nationale. C’est-à-dire qui visent à tromper. 

Nous avons cherché à interroger Eric Woerth sur ce point dans les couloirs de l’Assemblée nationale. Il n’a pas voulu nous répondre. 

Les enquêteurs en charge de l’ "affaire libyenne" cherchent l’origine de ces espèces. Le lien avec l’argent du régime de Kadhafi reste encore à établir.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.