Près de 500 actionnaires se sont retrouvés floués après avoir cru au projet de Laurent Troude, un investisseur charismatique.

Proximania : un fiasco à 80 millions d'euros
Proximania : un fiasco à 80 millions d'euros © Maxppp / Philippe Turpin

Enquête d'Antton Rouget pour la revue Sang froid, présentée par Elodie Guéguen.

Au milieu des années 2000, la presse compare Laurent Troude à Xavier Niel. Avec sa société Proximania, il met au point un concept révolutionnaire : vendre des minutes de téléphone prépayées chez les buralistes. A l'époque, il pense pouvoir atteindre un milliard d'euros de chiffres d'affaires. Lors de petits déjeuners dans des cafés branchés de Paris, il serait parvenu à lever des sommes allant jusqu'à 20 millions d'euros en une matinée. Proximania se targue aussi d'avoir passé des partenariats avec les grands opérateurs de téléphonie mobile. Dans la comptabilité de la société, on trouve pour 228 millions d'euros de factures au nom de ces opérateurs. Des factures qui auraient été falsifiées. En fait, il n’y aurait jamais eu d’accord commercial entre Proximania et les grands opérateurs de téléphonie mobile. Une information judiciaire est ouverte depuis sept ans au pôle financier du Tribunal de grande instance de Paris.

Retrouvez l'enquête intégrale ici.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.