Dix mille, vingt mille, cinquante mille, voire cent mille €uros la prestation . Le marché de la conférence a explosé. De nombreux hommes politiques, intellectuels, philosophes ou anciens sportifs n’hésitent plus à vendre leurs services aux entreprises… Ils sont utilisés pour remotiver des managers déprimés par la crise.

Ce n’est pas un hasard si les conférenciers les plus demandés sont ainsi des sportifs, comme Daniel Costantini, l’ex-brillant patron de l’équipe de France Handball. Des chefs étoilés renommés, comme Thierry Marx ou Virginie Guyot : la première femme leader de la patrouille de France.

L’ancien champion du Monde et champion Olympique de ski de bosses, Edgar Grospiron, raconte comment, lui, a créé sa propre agence de conférences :

« J’étais un petit branleur un peu prétentieux, souvent arrogant mais qui a dit qu’il allait gagner, et qui a gagné. Et dans le monde de l’entreprise, être au rendez-vous de la promesse qu’on fait au client, c’est un vrai atout ».

De grosses sociétés comme Orange, des laboratoires pharmaceutiques , des enseignes de la grande distribution , Auchan, Carrefour, Leclerc, ont recours à ses services, avec des tarifs qui vont de 5500 euros à 9000 euros. Mais cela peut monter beaucoup plus haut. Arsène Wenger, l’entraineur d’Arsenal , a touché jusqu’à 70 000 euros pour une prestation, vol en jet Privé Londres-Paris compris !

Des philosophes au secours des entreprises

André Comte-Sponville lors de la conférence de rentrée Audencia Grande Ecole en 2011
André Comte-Sponville lors de la conférence de rentrée Audencia Grande Ecole en 2011 © @audenciatv / @audenciatv

Autre tendance lourde de ce nouveau marché : les entreprises s’arrachent des philosophes. Des personnalités comme Michel Serres , Raphaël Enthoven ,Luc Ferry , Michel Onfray … Eux ne délivrent plus un message de réussite, mais donnent des clés à des managers souvent déprimés dans un monde en crise et où le travail n’est plus une fin en soi. L'analyse du philosophe André Comte Sponville :

Ca a toujours été un métier difficile que de faire travailler les autres, mais c’est encore plus difficile aujourd’hui . Parce que ce qu’on cherche aujourd’hui, ce n’est pas le travail… C’est le bonheur !

Avec des prestations comprises entre 5000 et 10 000 euros, le philosophe est ainsi devenu un rouage indispensable de l’économie capitaliste. C’est lui qui va expliquer aux managers comment valoriser les salariés, les responsabiliser, leur donner l’impression d’être d’utiles, écoutés… Autant d’outils nécessaires au bon fonctionnement de l’entreprise.

Nouvelles agences de mannequins

Comme pour tout marché, il y a des boutiques, et des vitrines ! Pour choisir son conférencier, Il suffit de surfer sur Internet. Plusieurs sites proposent des profils de tout ordre. Ce sont les nouvelles agences de mannequins pour entreprises

capture d'écran du site de Confanim
capture d'écran du site de Confanim © @Confamin / @Confamin

On y trouve des politiques, des philosophes, des stars, mais aussi des journalistes comme Jean François Kahn , André Julliard , Jean-Marc Sylvestre , Jérôme Bonaldi , Bernard de la Villardière , Natacha Polony, et mêmeMartin Wolf du Financial Times, qui depuis peu monnaye ses prestations.…

Ce qu’on ne publie pas revanche, ce sont leurs tarifs. Les barèmes de ces agences vont de 1000 euros pour un universitaire à 50 000 euros pour un ancien premier ministre. Mais le conférencier le plus cher en France, c’est incontestablement l’ancien président de la républiqueNicolas Sarkozy qui perçoit entre 80 et 100 000 euros pour une prestation. Il marche sur les traces de Tony Blair, l’ex-Premier ministre britannique qui émarge autour de 230 000 euros.

Conflit d’intérêt

Mais ne nous y trompons pas : on n’assiste pas à une conférence d’un ex-chef d’Etat pour son expertise.

Capture d’écran du site Washington Speakers Bureau, l’agence qui gère les prestations de Nicolas Sarkozy
Capture d’écran du site Washington Speakers Bureau, l’agence qui gère les prestations de Nicolas Sarkozy © @WSB / @WSB

Le contenu des exposés de Tony Blair n’a rien d’éblouissant. Et pour ce qui concerne Nicolas Sarkozy, selon Christopher Dembik , économiste chez Saxo Bank : __

C’est clairement un investissement. On cherche à avoir accès à un carnet d’adresses, pour éventuellement, s’il revient aux affaires, faire du lobbying et obtenir un retour sur investissement.

Et c’est là que le bât blesse… Car si Tony Blair a quitté le pouvoir et n’a pas l’intention d’y revenir, ce n’est pas le cas deNicolas sarkozy, commente le politologue Thomas Guénolé :

S’il redevient président de la République, pendant plusieurs années, sa source principale de revenus aura été la banque Goldman Sachs, le Qatar, etc... Si demain il a des décisions à prendre sur la régulation bancaire, la diplomatie au Moyen-Orient. Cela posera un problème

La presse écrite contaminée

Le syndrome des conférences frappe aussi la presse écrite. Parce qu’elle aussi est en crise.

Capture d'écran du site "Crosières thématiques"
Capture d'écran du site "Crosières thématiques" © @Crsoisières thématiques / @Croisières thématiques

A la recherche de nouvelles sources de financement, des quotidiens, commeles Echos ,la Tribune,Libération oule Monde , mais aussi des hebdomadaires se sont donc lancés sur ce créneau porteur. Explication de Bruno Fuchs, le président d'Image et Stratégie :

Une ville, en général, vous donne une salle, des moyens techniques. Et quand c’est un média qui gère l’événement, les intervenants viennent en général gratuitement. Avec trois ou quatre sponsors, cela fait donc des revenus intéressants.

Sauf que cela aussi pose problème.L’Obs organise à la fin du mois les "Journées de Moscou" sur le thème « Russie-Europe », un destin commun ? » Certes, la question d’un retour de la Russie dans le jeu diplomatique au Proche- Orient se pose. Mais après l’annexion de la Crimée et l’affaire des Mistral, faut-il inviter une pléiade de personnalités à la Mairie de Moscou avec l’aval du Kremlin ? Au risque d’entacher l’image du journal ? Cela a provoqué un débat dans la rédaction, qui ne devrait pas être le dernier…

Les conférenciers :

Issus detoutes les professions , ils sont d’abord célèbres, donc « bankables », Quelques exemples :

  • Sportifs : le pionnier en la matière, Daniel Herrero, ancien entraîneur de rugby, et à sa suite Edgar Grospiron (skieur), Novak Djokovic (tennisman), Maud Fontenoy (navigatrice),Stéphane Diagana (champion d’athlétisme)
  • Scientifiques : Joël de Rosnay (biologiste), David Cayatte (cancérologue), Pascal Picq (paléoanthropologue),
  • Philosophes médiatiques : Michel Serres, Raphaël Enthoven, Michel Onfray, Luc Ferry
  • Hauts-fonctionnaires et essayistes : Erik Orsenna, Jacques Attali, Martin Hirsch
  • Journalistes : Jean-François Kahn, André Julliard, Natacha Polony, Jean-Marc Sylvestre, Jérôme Bonaldi (ex Canal+)et Martin Wolf du Financial Times
  • Anciens chefs d'Etat : Nicolas Sarkozy, Bill Clinton, Tony Blair

Un contenu standard d’intervention : conférence 45 minutes plus questions/réponses 20 minutes

Un modèle économique classique : celui de l’offre et de la demande. Plus une personnalité est sollicitée, plus ses tarifs sont élevés.

Les tarifs :

  • Entre 5000 et 10000 euros : personnalités du type philosophe médiatique
  • Entre 10000 et 20000 euros : grands témoins avec une aura relativement importante
  • 20000-25000 euros : ex-Premiers ministres ou Présidents, prix Nobel

Quelques exemples :

François Fillon, ex Premier ministre : 30000 euros.

Dominique de Villepin , ex-Premier ministre : 50000 euros

Tony Blair : environ 230000 euros

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.