Fin 2011-début 2012, un tueur a mis la police sur les dents, dans le département de l’Essonne . Quatre crimes sont commis en l’espace de quatre mois . Pour les enquêteurs, l’affaire a longtemps été un casse-tête car aucun lien entre les victimes et aucun mobile n’a été trouvé. Très rapidement, un homme a fait figure de suspect numéro 1. Il s’appelle Michel Courtois et il va passer plus de 7 mois en prison . Avant d’être innocenté.

Le mobile est tout trouvé : le crime passionnel

Michel Courtois (à gauche) et son avocat Yassine Bouzrou
Michel Courtois (à gauche) et son avocat Yassine Bouzrou © Radio France / Sébastien Baer

Michel Courtois est un peintre en bâtiment de 49 ans et il étaitl’amant de la première victime qu’il rencontrait « pour le sexe », selon son expression.

Très vite, il va attirer l’attention des enquêteurs pour plusieurs raisons : il entretenait une relation avec la jeune femme , il avaitpassé la nuit avec elle et dans l'entourage de la victime, certains expliquent que Nathalie Davids voulait rompre .

Le mobile est tout trouvé: crime passionnel.

Des aveux extorqués

Et engarde-à-vue , Michel Courtoisva finir par craquer et avouer le crime , après 40 heures de garde à vu e etau bout de la 5e audition . Rapidement,Courtois revient sur ses aveux .

Son avocat, Yassine Bouzrou, dénonce les conditions de la garde à vue , une retranscription approximative des propos de Courtois et des aveux extorqués. Mais le mal est fait.

Un suspect est interpellé mais Courtois reste en prison

Le 22 février 2012, l’affaire rebondit . Un nouveau crime est commis . Dans le même parking, dans la même résidence, avec la même arme que le premier meurtre. Mais l’affaire est confiée à un autre juge d’instruction, comme s’il s’agissait d’un dossier annexe.

Quelques semaines plus tard,troisième, puis quatrième crime . Un suspect est interpellé . Mais Courtois reste en prison . La procureure de la République estime que les charges qui pèsent contre lui ne sont pas écartées. Finalement, il sera libéré après 7 mois et demi de prison et bénéficiera d’un non-lieu.

"Un mini fiasco judiciaire"

Pourtant, un témoignage aurait pu l’innocenter bien plus tôt . Un ami attestait de sa présence à 40 kilomètres du lieu du crime, le jour où il a été commis. Ce témoignage est recueilli le 6 décembre 2011. Etonnament,il ne sera versé au dossier que 6 mois plus tard . Son avocat évoque un « mini fiasco judiciaire » . Et une enquête menée uniquement à charge.

Compenser les domages subis

Aujourd’hui, Michel Courtois a repris son activité de peintre en bâtiment . Il a aussi retrouvé son fils de 8 ans . Et réclame 600.000 euros de dommages et intérêts pour compenser les 7 mois et demi passés à Fleury-Mérogis.

A titre de comparaison, Loïc Sécher -qui a fait 7 ans de prison avant d'être innocenté - a reçu 800.000 euros en septembre 2012. C'est la plus forte indemnité accordée à un ancien détenu.

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.